Menu

MHD : Le rappeur a été remis en liberté sous contrôle judiciaire !


Rédigé le Vendredi 17 Juillet 2020 à 00:04 | Lu 1 commentaire(s)


Le rappeur a été remis en liberté car son mandat de dépôt expirait ce jeudi 16 juillet.


Bonne nouvelle pour les fans de MHD ! Le rappeur, mis en examen et incarcéré pour "homicide volontaire" suite à une rixe mortelle à Paris à l'été 2018, a été libéré ce jeudi 16 juillet sous contrôle judiciaire, comme l'a confirmé à l'AFP, son avocate Me Elise Arfi. Le jeune de 25 ans était en détention provisoire depuis le 17 janvier 2019.

Rappel des faits...

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018, Loïc K., un jeune homme de 23 ans, a été renversé par une voiture, puis violemment attaqué à l'arme blanche dans le Xe arrondissement de la capitale, lors d'un règlement de compte entre bandes rivales du Xe et du XIXe arrondissements. Une dizaine de personnes ont participé à cette rixe mortelle, filmée par un témoin depuis une fenêtre. Le véhicule du "prince de l'Afro Trap" originaire du XIXe arrondissement, une Mercedes noire, est celle qui a renversé la victime. Si au moins trois témoins ont identifié formellement la star, selon des éléments de l'enquête dont l'AFP a eu connaissance, le chanteur a toujours contesté les faits.

Ne pas crier victoire trop vite !

Une source proche du dossier a indiqué à l'Agence France-Presse que le mandat de dépôt du musicien expirait ce 16 juillet, et son avocate Me Élise Arfi a confirmé qu'il avait été libéré en milieu de journée. Le producteur DSK on the Beat, qui a travaillé avec MHD sur son premier album éponyme, a diffusé à la mi-journée sur Snapchat une courte vidéo de l'artiste présentée comme tournée à la sortie de la prison de la Santé où il était incarcéré, avant de la supprimer.

Mais l'affaire est loin d'être terminée. Mohamed Sylla de son vrai nom pourrait retourner en détention prochainement. En effet, la cour d'appel de Paris doit examiner, le 23 juillet prochain, selon une source judiciaire, l'appel formé par le parquet de Paris contre l'ordonnance du 7 juillet ayant conduit à sa libération et à son placement sous contrôle judiciaire. Si la cour d'appel de Paris devait infirmer cette ordonnance prise par un juge des libertés et de la détention, un nouveau mandat de dépôt pourrait être prononcé contre l'interprète de Roger Milla. En d'autres termes, retour à la case prison...



Dans la même rubrique :
< >